Γαλακτομπούρεκο (Galaktoboureko)

foto 2

Toi qui as lu le récit de mes aventures culinaires en Grèce et qui attendais avec impatience de découvrir quelle recette j’allais te proposer, la voici ! Tu le sais, je me suis dévouée, avec beaucoup de courage, à goûter  tout un tas de spécialités culinaires plus bonnes les unes que les autres. Puis j’ai testé cette recette à la maison avant de te la proposer. Moi qui adore les pâtisseries en tout genre, j’ai totalement fondu pour le Galaktoboureko. Je t’ai déjà parlé des Börek (ou Burek), ces spécialités à base de pâte filo garnies d’épinards ou de fromage pour la version salée et de noix pour la version sucrée. Et ben le Galaktoboureko c’est une autre variante sucrée du Börek, à base de crème onctueuse à la semoule et subtilement parfumée à la vanille et à la cannelle.

Pour réaliser cette recette (pour 8 belles portions), il faudra te munir de :

Pour le gâteau:

  • 120gr de sucre
  • 80gr de semoule extra-fine
  • 1 litre de lait
  • 6 oeufs
  • 1 citron non traité
  • 1 gousse de vanille ou 2 pointes de couteau de vanille en poudre
  • 1 pincée de sel
  • 1 paquet de pâte filo (500 grammes environ)
  • 80 grammes de beurre
  • 40 grammes d’huile au goût neutre (par exemple huile de colza)

Pour le sirop:

  • 1 tasse à thé d’eau
  • 1 tasse à thé de sucre
  • 1 bouchon de fleur d’oranger
  • le jus d’un demi citron
  • un peu de cannelle

La préparation du Γαλακτομπούρεκο, prononcé Galaktoboureko, commence par le sirop que tu verseras sur le gâteau. Dans une petite casserole verse l’eau, le sucre, le jus de citron, la cannelle et l’eau de fleur d’oranger et porte le mélange à ébullition pendant un bon quart d’heure. Laisse le sirop refroidir pendant que tu prépares le reste.

Si tu utilises une gousse de vanille, incise-la dans le sens de la longueur pour en sortir les graines en raclant avec un couteau.

Fais chauffer le lait dans une casserole. Pendant ce temps râpe le zeste d’un demi citron, que tu ajouteras plus tard. Quand le lait commencera à devenir tiède, ajoute-y la semoule en pluie, le sucre et une pincée de sel et mélange régulièrement avec un fouet jusqu’à ébullition. Retire le lait du feu dès qu’il se met à bouillir et, tout en continuant à remuer, ajoute au mélange le zeste de citron, les graines (ou l’extrait) de vanille et 6 œufs battus.

Dans une petite casserole, fais fondre à feu doux le beurre dans l’huile sans le porter à ébullition.

A l’aide d’un pinceau de cuisine, badigeonne une à une la moitié des feuilles de pâte filo du mélange beurre-huile puis dépose-les dans un moule à gratin beurré. Si les feuilles n’ont pas la même grandeur que ton plat, il suffit de les découper et poser les morceaux de sorte que l’ensemble du plat soit recouvert de la même quantité de feuilles.

Verse ensuite la crème dans le plat par-dessus les feuilles de pâte filo. Badigeonne l’autre moitié des feuilles et dépose-les de la même façon sur le mélange. Pour finir, trempe ton pinceau dans de l’eau pour humidifier le dessus du galaktoboureko  puis direction le four à 180 degrés pendant 1 heure.

Quand le galaktoboureko sera cuit, verse délicatement le sirop sur la surface pour sucrer et aromatiser ton dessert intergalactique. Savoure-le de préférence tiède mais il sera tout aussi bon sorti du frigo pendant 2 jours, s’il résiste à ta gourmandise.

 

Publicités

La Grèce dans ton assiette

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon voyage en Grèce a commencé sous un soleil de plomb en plein mois d’août dans une île dingue et surpeuplée, où j’étais pourtant bien décidée à trouver des endroits encore authentiques et inconnus, j’ai nommé Mykonos. En évitant systématiquement la foule et en suivant les conseils donnés par les grecs, j’ai pu trouver des endroits encore intacts et me plonger entièrement dans la cuisine locale.

De Mykonos à Thessalonique,  en passant par Santorin et Athènes, la gastronomie grecque est très proche de celle de l’Italie du sud, avec une légère touche turque et elle est sans aucun doute 100% méditerranéenne. Tomates, concombre, olives, aubergines, poivrons, fèves et poisson sont à la base d’une grande partie des plats typiques de la cuisine grecque. Que ce soit physiquement, culturellement ou gastronomiquement, italiens et grecs ont beaucoup de points communs. J’en veux pour preuve l’expression « una faccia, una razza » (même tête, même race) que les grecs te disent avec un grand sourire quand tu dis que tu viens d’Italie et qui souligne la proximité de nos cultures. Mais quelle que soit ton origine, tu pourras voir que les grecs sont très accueillants et très chaleureux.

En plus des légumes, impossible d’aller en Grèce sans goûter le fameux yaourt et la feta. Tu peux oublier les saloperies insipides que tu trouves au supermarché, la feta industrielle qui ressemble à un bout de plastique hyper salé ! La feta grecque est un vrai fromage au goût délicat, idem pour le yaourt qui est incroyablement crémeux. Servi avec du miel et des noix, ou avec des fruits, il est au menu de tous les restaurants, bars et grills et tu DOIS le goûter.

L’influence de l’empire ottoman, qui s’est étendu à une large partie de l’Europe, se ressent dans la cuisine grecque. Les turcs ont laissé en héritage leur café, qui m’a suivie de Santorin jusqu’en Bosnie. Mais attention, ne parle pas de café turc en Grèce, ça risque d’être mal pris, dis café grec. Les patrimoines culinaires grecs et turcs ont également en commun les Baklava, ces gâteaux de noix et pâte filo trempés dans le miel, et les Börek, faits eux aussi avec la pâte filo et garnis d’épinards ou de feta.

De retour de voyage depuis peu, je checke la liste des plats savoureux que j’ai goûtés en Grèce (et elle est longue) en repensant aux explications que m’ont données les chefs sur place pour partager avec toi les meilleures recettes et en dévoiler les secrets.
Prépare-toi, le compte à rebours a déjà commencé !

PS: Pour voir plus de photos des merveilles de Grèce, rendez-vous sur ma page Facebook!


Si, de passage en Grèce, tu veux déguster les meilleures spécialités en profitant des plus beaux panoramas, je te conseille le magnifique restaurant Aegialos à Santorin et le chaleureux Rouga à Thessalonique.