Spécial blogueuses: défi positif

penser positif
J’ai été nominée par Je ne suis pas parfaite et alors? pour participer à un challenge positif.  Le but de ce challenge est de citer 3 choses positives vécues dans la journée et pendant 3 jours d’affilée et ensuite nominer 3 blogueuses par jour.
(J’ai regroupé les 3 jours en un seul article, qui combine ma dernière expérience et n’ai donc nommé que 3 blogueuses pour une raison toute simple: je n’ai pas de connexion en ce moment chez moi. Et pour une blogueuse c’est un peu embêtant.)
Il y a des jours où on ne voit que les choses négatives ou ce qui ne fonctionne pas mais il suffit d’ouvrir les yeux pour voir de belles choses autour de soi, d’avoir des raisons de s’émerveiller et d’être heureux. C’est ça aussi la recette du bonheur !

Comme je te l’avais annoncé à la fin de mon article sur les Balkans, je suis actuellement dans un pays aux mœurs culinaires plutôt particulières où je tente de m’acclimater et de trouver ce qu’ils savent faire de bon, parce que je suis certaine que derrière ses dehors bizarres, leur cuisine cache de belles surprises.
Tu as deviné où je suis ? Eh oui, en Angleterre ! Je vais vivre quelques mois dans le Yorkshire et j’en profiterai pour partager un peu de cette expérience.

 

Jour 1 :

1. Pas simple de trouver un appartement en Angleterre, surtout quand on n’est pas familier avec leur système. J’avais donc une liste de chambres à visiter avant de faire mon choix. Après une rude journée de marche et de visite, après avoir visité des taudis en tout genre, j’ai trouvé une chambre dans une maison très charmante. Tu vois les maisons anglaises dans les films ? Ben pareil. J’ai l’impression de vivre dans un film.

2. A mon arrivée je n’ai pas osé tester le resto british, j’ai préféré jouer la carte sécurité pour le premier jour et opter pour l’indien (qui était très bon, soit dit en passant).
Mais comme il faut bien commencer un jour, je me suis lancée : donc à midi j’ai tenté le repas au pub. Et tu sais quoi ? Perfect ! Vraiment, un sans faute : veggie burger, salade et frites, le tout fait maison, avec le décor typique des pubs anglais, un piano… Que demander de plus ?

3. Ca y est, j’ai reçu les clés de mon logement, je vais pouvoir emménager. Bon, le hic c’es qu’il est 20h et je n’ai ni oreiller, ni couvertures di draps donc je dois foncer au supermarché avant qu’il ne ferme. Je trouve mon bonheur et je file à la caisse. La caissière me dit qu’elle n’a pas de grand sachet pour mon oreiller, ma couette et mes draps, les seuls sacs assez grands qu’elle a à disposition ce sont les sacs poubelle. J’ai l’air vraiment classe dans le bus pour rentrer avec une valise, un sac à dos et 2 sacs poubelle en main, mais cette nuit je dors dans mon home sweet home et ça c’est le pied !

 

Jour 2 

1. Premier réveil dans ce qui sera ma chambre durant mon séjour en Angleterre. Bonne surprise : aussi incroyable que ça puisse paraître, il fait beau, le soleil tape sur les vitres et réchauffe toute la maison. La journée commence bien.

2. J’achète une casserole, deux ou trois bricoles et me voilà prête à cuisiner : premier repas de la semaine à la maison et pas au restaurant : je crois que je n’ai jamais autant apprécié un plat de pâtes ! Et bonus du jour (2 pour le pris d’un) : je profite du soleil pour manger dehors, dans le petit jardin derrière la maison. Le top !

3. Après le repas, je teste pour la première fois ce que je rêverais d’avoir à la maison : un lave-vaisselle ! Que c’est bon de ne pas devoir laver une tonne de vaisselle après avoir mangé !

 

Jour 3 :

1. Il me manque encore plein de chose, j’ai zéro ustensiles de cuisine mais le plaisir est là : après un saut chez l’épicier et au mini-market au coin de la rue c’est partiiiii! Penne all’arrabbiata, légumes sauce tikka masala, quiche au saumon, muffins pomme-cannelle, je m’éclate en cuisine!

2. Comme toute ritale qui se respecte, j’ai besoin de mon café après le repas et il est hors de question que je boive du café filtre, américain, soluble ou je ne sais quelle cochonnerie.
J’ai donc mis dans ma valise mon inséparable moka et un paquet de café made in italy. Je pars à la recherche de tasses pour savourer mon café mais l’entreprise s’avère plus compliquée que prévu. Je passe des heures à marcher, à visiter toutes les boutiques, tous les supermarchés du coin mais je ne trouve que des mugs énormes, pas de trace de tasses à l’italienne. Je tente dans un café qui fait l’espresso à l’italienne et l’affiche fièrement dehors. Je demande au serveur si je peux lui acheter deux tasses et, peut être parce que j’ai l’air totalement désespérée, il m’offre 6 tasses de bar. Je me sens comme un guerrier de la table ronde qui a finalement trouvé le Graal !

 

3. J’ai trouvé un café/lounge/librairie près de chez moi qui fait des scones, des cupcakes, des sponge cakes et tout un tas de pâtisseries plus delicious les unes que les autres. J’ai trouvé mon QG !

 

 

Je nomine donc pour continuer ce défi positif, pour partager pendant 3 jours 3 choses positives vécues et contribuer à nous donner le sourire, nous rendre optimistes et positifs (rien que ça!)

– Oum Yusuf et son carnet de recettes
– Une trotte blogueuse gourmande nommée The heart in the stomach
– et Alice aux pays des Casseroles

Publicités

De la Grèce aux Balkans, passeport gourmand

Comme tu le sais, cet été j’ai fait la food-trotteuse à travers l’Europe.
Partie d’Ischia en Italie, je suis allée me balader en Grèce, d’où j’ai pris le train pour la Slovénie en m’arrêtant en Serbie, Bosnie et Croatie.
Gourmande invétérée, j’ai testé les meilleures spécialités culinaires partout où je suis passée pour t’en parler ensuite sur ce blog et partager avec toi les recettes qui te plairont à coup sûr.

Je suis passée sur Allô la Planète (Radio le Mouv’) pour raconter ces péripéties culinaires et bien plus. Et comme tout le monde n’a pas le temps de rester à côté de la radio ou de l’ordi pour ne pas en perdre une miette, voici le podcast!

 

En passant par les Balkans…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si proches et pourtant si méconnus : Les pays de l’ex-Yougoslavie sont à quelques heures de la France, mais qu’est ce que je savais de ces pays ? Ben pas grand-chose, faut bien l’avouer. Si tu m’avais demandé de les placer sur une carte il y a encore quelques mois t’aurais sûrement bien ri (et moi beaucoup moins). A part les plages croates, ces pays évoquaient pour moi surtout la guerre des années 90. Food-blogueuse de mon état et gourmande en toutes circonstances, j’ai donc décidé de prolonger mon aventure InterRail en traversant la Serbie, la Bosnie, la Croatie et la Slovénie à la découverte de leurs gastronomies.

Et ce que j’ai découvert c’est des pays modernes, des villes bien tenues, propres, fleuries, avec des parcs verdoyants et calmes. S’il reste quelques stigmates de la guerre, quelques immeubles en ruine, le reste n’a rien à envier à l’Europe occidentale, loin de là ! J’ai découvert des capitales comme Zagreb et Ljubljana qui feraient pleurer de honte Paris et Rome tellement elles sont charmantes et accueillantes.

Et côté cuisine, il y a 2 éléments qui ont caractérisé cette traversée des Balkans.

Le premier c’est la viande et je m’en suis rendue compte à la première gare serbe. IMG_4747
Confiante, je pensais y acheter de quoi manger et passer une bonne nuit dans le train. C’était compter sans les yeux de merlan frit des vendeurs de l’unique fast-food où j’ai demandé s’il y avait des sandwiches sans viande. Ni thon, ni fromage ni crudités, t’as le choix entre steak haché ou saucisses et je crois bien être la première à avoir demandé autre chose vu l’air interloqué de la personne en face de moi.

 

Si la street food consiste essentiellement en grillades de diverses viandes, dans les restos traditionnels il y a quand même plus de choix, notamment du poisson pour les régions proches de la mer et des lacs. DSCF4467
Puis en cherchant de façon plus approfondie, j’ai trouvé, dans une rue quelconque, dans un petit immeuble comme les autres, un appartement sans indication particulière mais où se cache un petit resto à l’ambiance sympa, du genre dîner chez un ami et dont les plats étaient à tomber par terre. Je ne suis pas tombée de ma chaise mais mes papilles s’en souviennent encore ! Précision, c’est un resto végétarien mais qui convertirait même les plus carnivores.

 

Et le deuxièmeDSCF4398 élément qui a marqué ce passage dans les Balkans, et que mon palais a largement plébiscité, c’est les poivrons, piments et autres légumes. Si je suis passée par des grandes villes comme Belgrade,  j’ai aussi eu le temps d’observer les campagnes serbes et bosniaques pendant les trajets en train et j’ai pu voir tout un tas de petits villages entourés de jardins où poussent des fruits et légumes variés mais pas un sans poivrons ou piments. Il faut dire qu’à Belgrade on m’a servi en apéritif… un piment ! Et ils ont été sympas, ils m’en ont donné un qui arrache en plus. Mais à part ça, la bonne surprise ça a été de goûter dans une capitale des légumes ultra frais, comme s’ils avaient été cueillis dans ton jardin le jour même (Paris n’a qu’à bien se tenir).

Comme tu as peut être déjà compris en parcourant mon blog, j’ai un petit (gros) faible pour les desserts et j’ai été plutôt bien servie de ce côté-là. Entre les Baklava et Loukoums en Bosnie, la Rozata en Croatie et le Kremsnita en Slovénie, mon palais a été chouchouté. La Bosnie est le pays des Balkans qui a conservé le plus l’empreinte culturelle ottomane, d’où les Loukoums et Baklava. La Rozata est une crème onctueuse au caramel et à la liqueur de rose croate et le Kremsnita un mille feuilles typique de Bled où se superposent une couche de  crème pâtissière au rhum et une de crème fouettée. Plus je me remémore tout ça et plus j’ai envie

  • option 1 : de me faire un bon goûter là, maintenant, tout de suite
  • option 2 : de repartir en voyage, en choisissant une destination au hasard

Donc je vais commencer par me préparer un p’tit en-cas et après choisir où je vais partir. Peut être un pays connu pour sa nourriture étrange à la recherche de quelque chose de terriblement bon… A suivre !


Plus de photos ici!

La Grèce dans ton assiette

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon voyage en Grèce a commencé sous un soleil de plomb en plein mois d’août dans une île dingue et surpeuplée, où j’étais pourtant bien décidée à trouver des endroits encore authentiques et inconnus, j’ai nommé Mykonos. En évitant systématiquement la foule et en suivant les conseils donnés par les grecs, j’ai pu trouver des endroits encore intacts et me plonger entièrement dans la cuisine locale.

De Mykonos à Thessalonique,  en passant par Santorin et Athènes, la gastronomie grecque est très proche de celle de l’Italie du sud, avec une légère touche turque et elle est sans aucun doute 100% méditerranéenne. Tomates, concombre, olives, aubergines, poivrons, fèves et poisson sont à la base d’une grande partie des plats typiques de la cuisine grecque. Que ce soit physiquement, culturellement ou gastronomiquement, italiens et grecs ont beaucoup de points communs. J’en veux pour preuve l’expression « una faccia, una razza » (même tête, même race) que les grecs te disent avec un grand sourire quand tu dis que tu viens d’Italie et qui souligne la proximité de nos cultures. Mais quelle que soit ton origine, tu pourras voir que les grecs sont très accueillants et très chaleureux.

En plus des légumes, impossible d’aller en Grèce sans goûter le fameux yaourt et la feta. Tu peux oublier les saloperies insipides que tu trouves au supermarché, la feta industrielle qui ressemble à un bout de plastique hyper salé ! La feta grecque est un vrai fromage au goût délicat, idem pour le yaourt qui est incroyablement crémeux. Servi avec du miel et des noix, ou avec des fruits, il est au menu de tous les restaurants, bars et grills et tu DOIS le goûter.

L’influence de l’empire ottoman, qui s’est étendu à une large partie de l’Europe, se ressent dans la cuisine grecque. Les turcs ont laissé en héritage leur café, qui m’a suivie de Santorin jusqu’en Bosnie. Mais attention, ne parle pas de café turc en Grèce, ça risque d’être mal pris, dis café grec. Les patrimoines culinaires grecs et turcs ont également en commun les Baklava, ces gâteaux de noix et pâte filo trempés dans le miel, et les Börek, faits eux aussi avec la pâte filo et garnis d’épinards ou de feta.

De retour de voyage depuis peu, je checke la liste des plats savoureux que j’ai goûtés en Grèce (et elle est longue) en repensant aux explications que m’ont données les chefs sur place pour partager avec toi les meilleures recettes et en dévoiler les secrets.
Prépare-toi, le compte à rebours a déjà commencé !

PS: Pour voir plus de photos des merveilles de Grèce, rendez-vous sur ma page Facebook!


Si, de passage en Grèce, tu veux déguster les meilleures spécialités en profitant des plus beaux panoramas, je te conseille le magnifique restaurant Aegialos à Santorin et le chaleureux Rouga à Thessalonique.

 

European Gastronomic Tour 2014

InterRail Fine

Gare de Villa Opicina, à la frontière entre la Slovénie et l’Italie : ici prend fin mon périple à travers l’Europe. En l’espace de 2 semaines, j’ai parcouru environ 4500km en avion, train, bus, métro, taxi, mini-van, ferry, barque, scooter, quad, téléphérique, funiculaire, tram et bien sûr à pied.
Et comme les voyages ça creuse, je me suis courageusement dévouée pour goûter les spécialités culinaires de chaque pays que j’ai traversé.

Si t’es aussi doué en géographie que moi, je te conseille de jeter un œil à la carte pour suivre toutes les étapes.

Mon voyage a commencé sur l’île paradisiaque d’Ischia, dans la baie de Naples (tu vois Capri ? Ischia c’est la même, mais en mieux) que j’ai quittée pour rejoindre l’île grecque de Mykonos. De Mykonos je suis allée à Santorin avant de rejoindre le continent et Athènes. Après un saut sur l’Acropole, me voici dans le train avec mon billet InterRail – un billet de train unique qui permet de voyager avec  tous les trains en Europe – pour rejoindre Thessalonique, Belgrade en Serbie puis Zagreb en Croatie. Petit détour par le pont de Mostar en Bosnie puis retour sur la côte croate avec Dubrovnik et Split. Pour finir, je me suis arrêtée à Ljubljana en Slovénie, avec une pause sur le lac féerique de Bled, avant de rentrer en Italie par Trieste.

Entre les paysages à couper le souffle de la méditerranée, de l’adriatique et des Balkans ; les cultures, langues et gastronomies d’influence méditerranéenne, vénitienne, turque ou russe ; les aventures, mésaventures et anecdotes, je vais avoir pas mal de choses à raconter et peut être quelques secrets à révéler alors garde un œil sur mon blog parce que c’est pour bientôt !

Son

Voyage en Europe…. et en Gastronomie

 

Mon Tour gastronomique de l’Europe approche à grand pas et hier je suis passée sur Allô la Planète (radio Le Mouv’) pour annoncer mon voyage et parler des premières impressions d’une française qui s’installe en Italie.

Pour écouter le podcast de l’émission, c’est ici:

 

A très bientôt pour de nouvelles aventures culinaires!

 

PS: Merci à Il Blog di Andrea D’Ambra qui m’accompagnera dans ce tour de l’Europe

Image

Tour gastronomique « De la Grèce à l’Italie, en passant par les Balkans »

InterRail

L’été arrive enfin pour de bon, c’est le moment de découvrir de nouveaux horizons !
Et comme découvrir un pays passe aussi (et surtout) par l’assiette, je m’en vais gaiement à la découverte des trésors culinaires de l’Europe!
Tu me suis?

Cet été mon blog prendra la tournure « travel-food-blog »: grâce au Pass InterRail, je traverserai l’Europe de la Grèce à la Slovénie, passeport et fourchette en poche à la recherche des spécialités locales à déguster sur les plus belles plage ou devant des panoramas à couper le souffle.

Evidemment, je te ferai profiter de ce voyage à distance et partagerai mes coups de cœur culinaires.

Plus de détails prochainement : stay tuned …